Vos questions sur le gel antibactérien

Vos questions sur le gel antibactérien

Le gel hydro-alcoolique est une solution aseptisante cutanée qui permet d’assurer l’hygiène des mains. Il a l’avantage d’être rapide d’utilisation, simple, efficace et pratique, en particulier comparé à un lavage avec de l’eau et du savon. Cependant il est également vivement critiqué, ce qui nous fait nous interroger sur pourquoi le gel anti-bactérien  serait dangereux pour la santé. Véritable geste d’hygiène pour certains, il est recommandé par le milieu médical et par l’OMS, en alternance à un lavage de main au savon, et sans abus. Cependant aujourd’hui, cette pratique est remise en question.

 En effet, une étude menée par les scientifiques de l’Université du Missouri révèle que ce désinfectant serait dangereux. En usage fréquent cela pourrait engendrer « des irritations, des allergies, un état de somnolence ou au contraire d’agitation, Le plus inquiétant serait qu’il favoriserait l’absorption de Bisphénol A dans le corps. Qualifié de perturbateur endocrinien (qui perturbe le fonctionnement normal d’un organisme) cette molécule est considérée comme dangereuse. Il aurait un effet sur la fertilité de l’homme mais ne partons pas en peur il y a aussi une autre école de pensée qui dit que le gel anti-bactérien est très recommandé , faisons un petit tour de la question…

Contre les virus et les bactéries, le gel vaut mieux que le lavage des mains ? 

Cela a été démontré dans plusieurs études: les solutions hydro-alcooliques sont plus efficaces que le lavage traditionnel des mains à l’eau et au savon pour éliminer la plupart des virus et des bactéries», indique le docteur Alex Carignan, professeur adjoint au département de microbiologie et d’infectiologie
 de faculté de médecine et des sciences de la santé
 de l’Université de Sherbrooke. «Ces solutions agissent en diminuant la quantité de plusieurs bactéries et virus et leur action est plus prolongée que celle du savon. Cela prendra donc plus de temps avant que les mains ne se contaminent de nouveau.» Les virus du rhume et de la grippe sont notamment bien éliminés.

Le gel protège contre le virus de la gastroentérite?

 Les solutions hydro-alcoolisées vendues en commerce ont néanmoins certaines limites: elles ne viennent pas à bout du norovirus, virus le plus commun de la gastroentérite. La bactérie Clostrodium difficile résiste aussi bien aux solutions alcoolisées. «Les bactéries qui produisent des spores forment une coquille et sont plus difficiles à déloger avec les gels. Par contre, l’action mécanique du lavage des mains sous l’eau nous débarrassera de ces bactéries», dit le docteur Alex Carignan. Voilà de bonnes raisons de ne pas délaisser le savon.

Le gel peut prendre feu?

Fumeurs, soyez prudents! «Les solutions hydro-alcooliques sont inflammables», souligne le Dr Carignan. Leur utilisation comporte donc des risques de brûlure si l’alcool enduit sur la peau n’est pas complètement évaporé. Par ailleurs, l’application de solution désinfectante- qu’elle soit sous forme de mousse, de gel ou de liquide – n’est pas indiquée sur une plaie ouverte ou sur les muqueuses. Le contact avec les yeux est à éviter.

Le gel agit comme un nettoyant?

 Le gel ne nettoie pas les mains, il agit plutôt pour détruire les bactéries, les virus et les champignons. Si nos mains sont souillées de terre ou de nourriture, par exemple, le gel sera donc très peu efficace. Il s’agit d’un désinfectant et non pas d’un nettoyant. Rien de mieux que du savon pour déloger la saleté! À noter: on ne doit pas avoir les mains mouillées lorsqu’on applique un gel, l’agent actif en est dilué. 

On peut s’intoxiquer avec le gel?

Au Québec, entre 2005 et 2011, le Centre antipoison du Québec a reçu près de 1000 appels concernant une intoxication au Purell, selon Protégez-vous. «Dans la plupart des cas, ces intoxications sont accidentelles et surviennent chez de jeunes enfants», nous indique Anne Letarte, porte-parole du Centre antipoison du Québec.  Les gels, qui contiennent de l’alcool éthylique (parfois de l’iso-propanol), peuvent causer un état d’ébriété et, à fortes doses, un coma éthylique. Une bouteille de 60 ml correspond à 4 petits verres de vodka! Aussi, l’utilisation de gels est interdite dans plusieurs écoles et garderies, à moins d’exceptions comme des sorties. «Dans les hôpitaux, les services de pédiatrie et de psychiatrie sont exempts de solutions hydro-alcooliques. Les bouteilles sont attirantes, parfumées. Il y a déjà eu des cas d’intoxication», indique Karl Weiss, infectiologue à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. L’automne dernier, Santé Canada a mis en garde la population après la mort de deux Ontariens qui avaient ingéré du désinfectant pour les mains de marque Bodico. On y a trouvé du méthanol (hautement toxique) non déclaré. «Chez les adolescents et dans le milieu carcéral, l’ingestion de gels désinfectants, peu coûteux, est d’ailleurs un problème», note Anne Letarte. Peut-on donner du gel à son enfant? Oui, mais on l’applique pour lui, on ne laisse jamais le flacon à sa portée et on frotte jusqu’à ce que les mains soient sèches.

Les gels éliminent 99% des germes?

 Les gels éliminent la majorité des germes uniquement là où ils sont appliqués. «Ça ne nous protège pas des virus que l’on respire», souligne Renée Paré, médecin-conseil en santé publique. Si la transmission de virus se fait plus souvent par les mains que par inhalation (on porte nos mains à notre visage plusieurs fois par minute!), l’étiquette respiratoire demeure un outil préventif important. «Pendant un éternuement, des gouttelettes du virus de la grippe sont dispersées dans un rayon d’un mètre ou deux, explique le Dr Carignan. Si quelqu’un tousse vers nous, on peut être contaminé. Il faut surtout savoir que le virus vit jusqu’à 48 heures sur les surfaces et reste actif pendant 5 minutes sur nos mains.» Et qu’une personne malade est généralement contagieuse jusqu’à 48 heures avant les premiers symptômes et 5 à 10 jours après.

Le gel, plus que le savon, assèche les mains?

Autrefois, les solutions étaient très irritantes, mais la plupart contiennent aujourd’hui de la glycérine, un agent barrière qui protège contre les fissures et les gerçures sur les mains, dit le Dr Carignan. Les irritations surviennent en cas de lavages des mains à l’eau répétés quotidiennement, pas avec les gels alcoolisés.»

Personnellement  je suis pour un bon lavage des mains avec l’ eau et le savon comme on le faisait dans le passé mais avec la crise du H1N1 la société est entré dans un mode panique et donc tout est fait en fonction d’ aseptiser et ce avec des produits accessible sur le marché tel le Purel marque populaire . Je crois que tout comme dans les choses de la vie, c’  est l’ excès qui est dangereux.

source pris du  Journal LaPresse , Sophie Allard