La dangereuse chenille processionnaire au Québec

chenilles processionnaires

Une espèce de chenille nouvellement arrivée en 2013 au Québec donne du fil à retordre aux spécialistes de la santé depuis l’été passé. De jeunes enfants sont passés tout près d’y laisser leur vie après avoir mis l’insecte dans leur bouche. Face à la chenille processionnaire, les animaux de compagnie sont aussi à risque.

Méconnues de nombreux propriétaires de chiens et de chats, la chenille processionnaire du pin représentent un véritable danger pour l’animal et l’humain qui les approchent.

Les chenilles sont des larves de papillons et sortent donc d’un œuf. Le papillon responsable de cette descendance a choisi le pin, dont les aiguilles permettront de nourrir les chenilles, pour pondre.

Le souci majeur est que ces chenilles portent une arme de défense redoutable contenue dans leurs poils urticants extrêmement venimeux. Il ne s’agit pas de longues soies sans danger que l’on voit facilement à leur surface mais de tous petits poils qui se détachent facilement et dont le contact avec la peau et les muqueuses est très violent.

Elles les libèrent par frottement dans leur nid de soie perché dans les pins mais aussi et surtout au contact d’un ennemi potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *