Facebook, coffre aux trésors des employeurs

Science

Facebook et les autres réseaux sociaux sur Internet sont des destinations de choix pour un nombre croissant de gens, qui s’en servent pour communiquer et partager des renseignements personnels. Ces réseaux, qui étaient au départ des outils de réseautage et de divertissement pour les jeunes, attirent désormais des gens de tout âge.

Le nombre d’employeurs qui recherchent des renseignements de base sur les postulants en consultant les sites de réseaux sociaux comme Facebook connaît une croissance spectaculaire. Les services de ressources humaines se servent maintenant de ces sites et des moteurs de recherche pour vérifier les antécédents d’employés éventuels. Lorsqu’ils affichent des renseignements sur Facebook et d’autres sites semblables, les utilisateurs doivent être conscients des risques que cela pourrait représenter pour leurs perspectives d’emploi, aujourd’hui et dans l’avenir. Le présent document contient des renseignements importants sur ces risques et suggère des moyens de les atténuer et d’en minimiser les conséquences.

Il ne faut jamais oublier que tout ce que l’on affiche en ligne peut y demeurer en permanence sous une forme quelconque. Que ce soit par l’entremise  de Google et de Yahoo, il est possible, pour ceux qui savent comment le faire, de parcourir d’anciennes versions de sites Web et d’y trouver des renseignements que vous-même et d’autres personnes avez affichés. Cette incertitude quant à sa vie privée et à la confidentialité des renseignements délicats représente un inconvénient majeur des sites de réseautage social, qui revêtent pourtant de nombreux aspects positifs. Les gens peuvent voir et évaluer tout ce qui vous est associé, ou qui est associé aux personnes avec qui vous communiquez, et ils le feront sans doute. Certains pourraient avoir une influence considérable sur votre vie, aujourd’hui et dans l’avenir.

En prenant conscience du fait que les renseignements qui se trouvent sur Internet à votre sujet peuvent être employés dans un contexte professionnel, vous verrez la situation sous un angle différent. Les renseignements que vous affichez pourraient se révéler très dommageables, ou au contraire, avantageux pour vous. Les utilisateurs de sites comme Facebook, Google, LinkedIn et Twitter ont peut-être l’impression que tout est permis vu qu’ils ne font que bavarder « entre amis ». Or, c’est là une grave erreur qui peut avoir des conséquences fâcheuses.

Les recruteurs utilisent les moteurs de recherche et réseaux sociaux pour se renseigner sur les postulants, et bon nombre d’entre eux disqualifient des postulants en se fondant uniquement sur ce qu’ils trouvent en ligne. Facebook leur a rendu la tâche encore plus facile en faisant en sorte que certains renseignements contenus dans le profil des membres soient consultables au moyen de moteurs de recherche, mais les membres peuvent se protéger en réglant leurs paramètres de confidentialité.

Une autre pratique courante chez les employeurs américains consiste à demander au postulant de devenir l’« ami » d’un membre du personnel du service des ressources humaines, ou de se connecter à un réseau social au moyen d’un ordinateur de la compagnie pouvant ainsi espionner les habitudes en ligne du candidat.

Heureusement, au Canada, les lois sur les droits de la personne et la protection de la vie privée confèrent une protection plus solide aux demandeurs d’emploi. Les employeurs ne sont pas autorisés à demander des renseignements qui peuvent révéler directement ou indirectement un motif illicite de discrimination. En Ontario, un employeur qui demande de tels renseignements s’expose également à un risque de poursuites judiciaires pour ingérence déraisonnable dans les activités personnelles d’un postulant et également de ses « amis ».

Si une décision en matière d’emploi est prise à votre sujet sur la foi de renseignements affichés sur des sites de réseautage social, vous ne saurez peut-être jamais pourquoi vous n’avez pas obtenu un emploi, une entrevue ou une promotion. Ces décisions, du moins pour le moment, relèvent probablement de personnes pour qui les outils du Web  comme les sites de réseautage social, où les utilisateurs révèlent tout, sont étranges, embarrassants, risqués, voire très mal avisés dans le monde des affaires. Ce qui vous semble amusant et inoffensif dans une photo ou un message affiché

Donc il n faut jamais oublier que tous ce que vous affichez sur Facebook en particulier, risque de remonter en surface un jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *