Baisse de la libido chez la femme

Baisse de la libido chez la femme

Qu’est-ce que la libido?

c’ est tout simplement un terme pour parler de désir sexuel chez l’ homme ou la femme mais plus spécifiquement  de  l’ instinct primitif en nous.

La perte de la libido, surtout chez la femme, est une situation très courante, Elle touche de millions de femmes dans le monde à n’importe quel moment de leur vie.

Si vous souffrez d’un manque de désir sexuel, vous vivez alors une condition très difficile à accepter par vous comme par votre partenaire, mais il reste très important de déterminer les causes de votre perte de libido et ne pas trop laisser traîner la situation plus longtemps pour pouvoir choisir la solution adéquate et retrouver une sexualité épanouie plus facilement.

La perte de libido chez la femme est généralement mal comprise, elle cause de grande frustration, de la tristesse et un manque de confiance en soi. Elle est souvent causée par des raisons difficiles à expliquer et à détecter. C’est pourquoi il est très important de bien connaître les facteurs responsables de sa survenue pour mieux la cerner et mieux le gérer .

L’appétit sexuel de la femme fluctue au rythme de son cycle menstruel. L’objectif biologique de l’accouplement étant la survie de l’espèce, le taux d’œstrogène grimpe en période d’ovulation. Ce qui accroît la sensibilité de la femme aux phéromones sécrétées par l’homme (molécules stimulant le désir) ainsi que sa propre production de phéromones. Plus tard dans sa vie , la production d’ œstrogène déclinera dans son système et donc pourra affecter sa libido.  Par contre, il y a des facteurs psychologiques qui peuvent entrer en ligne de compte , stress, manque de disponibilité ,baisse d’ intérêt envers  le partenaire sont parmiss des facteurs déclencheur. Il y a aussi le manque d’ estime de soi  surtout chez la femme lorsque son image corporelle devient un enjeu, ( peur d’ être nue ) , certaines femmes ne voudront tout simplement pas avoir de rapports sexuel avec lumière ouverte,  ce qui produira par le fait même un blocage au point de vue du désir.

Bien entendu, certains médicaments peuvent aussi avoir un impact sur la libido tel que les antidépresseurs, les anxiolytiques, hypotenseurs, neuroleptiques , il est bon d’ en tenir compte et d’ en discuter avec le partenaire afin de le ou la rassurer ..La croyance populaire veut que l’ homme ait beaucoup plus de pulsion sexuelle que la femme et pourtant il est très peu rare de voir chez la gente féminine une forte proportion du degré élevé de libido..il faut cependant être prudent avec le mot désir qui fait tout simplement appel aux sens. on peut désirer sans jamais ressentir le besoin de passer a l’ acte mais la libido est une pulsion qui pousse l’ individu vers l’ aboutissement de l’ acte en tant que tel afin d’ en obtenir une certaine satisfaction.

On va constater chez l’ homme une diminution de libido lors des épisodes de stress. dépression et trouble érectile si on exclu bien entendu les rapports tendus avec sa ou son partenaire. Il est certain que dans la vie, nous vivons tous des émotions , des périodes difficiles qui font en sorte que le besoin sexuel devient secondaire.

Cette phrase est bien connu : « J ‘ ai mal a la tête » ..une phrase populaire  pour éviter d’ être confronté au désir de l’ autre . La société enseigne aux couple , qu’ il faut être actif sexuellement avec son partenaire pour faire partie des couples en santé mais hélas ,cela vient créer une pression pour celui qui subi une baisse de libido car cela peut affecter sa relation , il est donc recommandé  de favoriser une communication franche et indiquer clairement au partenaire ce qui se passe.

Les femmes ménopausées vont souvent se plaindre de baisse de désir quoi qu’ il y a une bonne proportion qui en disent le contraire. Lors de la ménopause il y a diminution   d’œstrogène et de progestérone, et on assiste à une réduction de 60 % de l’apport sanguin vers la vulve et le vagin, ainsi qu’ une baisse de la lubrification vaginale. Généralement, la lubrification survient en quelques secondes chez une jeune femme, tandis qu’elle apparaît au bout de quelques minutes — et avec une intensité moindre — chez une femme ménopausée. Cette carence entraîne un amincissement du volume de la paroi vaginale, qui devient plus sèche, plus fine et beaucoup moins souple. Les rapports sexuels peuvent s’avérer difficiles ou douloureux. Enfin, l’affaiblissement des muscles résultant de ces changements hormonaux peut affecter à la baisse le nombre et l’intensité des contractions liées à l’orgasme.

Dans tout les cas il faut essayer de trouver une solution au problème si cela en devient un et aller consulter un médecin le cas échéant . Souvenez-vous que notre corps est en perpétuel changements et qu’ un simple dérèglement chimique, organique ou émotionnel peut tout changer. L’ essentiel est d’ en parler.